L’année du compromis

Depuis les dernières informations, les choses ont évolué du côté de l’IFA. Ainsi le grand rendez-vous européen de l’électronique grand public vient récemment d’annoncer sa forme définitive, laquelle présente des changements d’envergure par rapport à ce qui avait été préalablement annoncé.

Terminée la version uniquement digitale sur laquelle nous étions restés. À savoir un salon virtuel sans aucun public en raison de l’interdiction de rassemblement de plus de 5 000 personnes toujours en vigueur en Allemagne malgré ce qui semble être la fin de la menace de la crise du Covid, au demeurant fort bien gérée outre-Rhin. Toutefois, ceci n’est pas une raison pour le gouvernement de madame Merkel de relâcher la discipline. Toujours est-il qu’il n’y avait dans tous les cas de figure aucun espoir cette année que les acteurs de la profession de l’électronique grand public et de l’électroménager se précipitent à Berlin, pour une grand-messe “normale” qui attire toujours une foule considérable. C’est donc sa forme définitive que Jens Heittecker, Directeur exécutif de l’IFA Berlin a récemment présentée lors d’une visioconférence internationale. Nous aurons donc droit à un salon physique, mais sous certaines conditions. Il sera réservé à quelques milliers d’acteurs respectant ainsi la loi en vigueur. Pour les autres ce sera un salon virtuel. Cette solution de compromis permet ainsi d’éviter l’absence totale de visiteurs sur un rendez-vous professionnel de cette envergure. Pour Jens Heittecker, cette décision répond à un vrai besoin d’une plateforme, afin de pouvoir proposer ses nouveautés et innovations et rebondir après ces mois très éprouvants marqués par les annulations en tous genres ces derniers mois.
Ainsi donc cette édition 2020, qui restera malgré tout une édition un peu spéciale, s’articulera selon quatre manifestations indépendantes. La traditionnelle conférence de presse mondiale dédiée à l’IFA, laquelle devait se dérouler à Chypre, sera groupée avec celles des marques. Ensuite se tiendra le salon de l’approvisionnement nommé IFA Global Market, puis les visiteurs se verront proposer la plateforme IFA dédiée aux innovations nommée IFA NEXT Rencontre IFA Shift Mobility et enfin IFA Business Retail et Meeting Lounges. Tout ceci fonctionnera sur le principe d’invitations strictement limitées. L’idée-force étant de se concentrer sur les fondamentaux du salon. Rappelons pour mémoire que celui-ci est axé autour de la volonté de constituer un lieu de convergences pour les industries de pointe, une vitrine d’envergure pour les nouveautés et innovations des marques, sans oublier la présence massive de fabricants ODM et OEM permettant aux acheteurs de disposer d’une plateforme conséquente pour ce marché très créatif et très innovant.

Les places seront chères

Il va donc sans dire qu’avec une telle offre, les demandes seront nombreuses, eu égard à la notoriété du salon. Seulement, les places disponibles seront très restrictives. Il ne faudra pas non plus oublier les difficultés potentielles liées aux déplacements sachant que le trafic aérien sera probablement encore très loin d’être totalement rouvert. Tout ceci fait que l’idée originelle d’une visite virtuelle du salon reste plus que jamais d’actualité. Voilà donc comment l’IFA aura réussi à mixer l’organisation d’un salon 2020 qui, quoiqu’il arrive, sera un rendez-vous différent des autres années. Il va également sans dire que le grand public, qui a toujours répondu massivement au rendez-vous berlinois ne sera évidemment pas de la partie. Cette édition n’est réservée qu’à une minorité triée sur le volet. Nombreux seront ceux à regretter ce choix, mais il est celui du compromis dans un contexte calamiteux pour la quasi-totalité de la planète. De toute façon, selon les obligations imposées par les autorités sanitaires, les équipes aux commandes de l’événement n’avaient pas le choix. Alors certes, cette version jamais vue d’un salon de cette envergure n’est pas la panacée absolue, mais elle a le mérite d’exister et connaissant le savoir-faire allemand en matière de salons, tout laisse à penser que rien ne sera négligé dans son déroulement.

Quatre thématiques


Revenons brièvement sur les thématiques qui constitueront l’architecture de l’IFA, et commençons par IFA Global Conference pour la presse. Y seront invités quelque 800 journalistes venus de 50 pays. Au-delà de la parole des organisateurs. Les marques y présenteront leurs dernières nouveautés et innovations. Tous ces shows se dérouleront en seulement deux ou trois sessions permettant ainsi de diminuer le personnel présent sur le site et de garantir les normes de distanciation imposées dans le respect le plus strict des règles d’hygiène. Il en ira de même pour la salle de presse. En ce qui concerne IFA NEXT et IFA SHIFT MOBILITY, ces deux plateformes seront regroupées en un seul rendez-vous. Elles réuniront le nec plus ultra des start-ups technologiques et les entreprises de la mobilité connectée. Enfin, IFA Global sourcing, seul vrai rendez-vous du sourcing ODM et OEM de la profession en Europe, prendra cette année une dimension toute particulière. En effet la profession a un besoin essentiel de reconstituer et réorganiser ses chaines d’approvisionnement particulièrement affectées par les effets délétères de la pandémie. Enfin IFA Business Retail Lounges, dédié au commerce, constituera un élément essentiel. Il faut en effet savoir que comme tout rendez-vous professionnel se tenant en Allemagne, les échanges commerciaux sont considérés comme le fondement essentiel. Il ne faut ainsi pas oublier que ceux-ci ont atteint l’an passé sur l’IFA, pas moins de 4,7 milliards d’euros. Sous ce vocable, les organisateurs ont mis au point l’opportunité pour les marques et pour les détaillants ou acheteurs de se rencontrer de la façon la plus efficace possible. Certes, les niveaux de commandes passées sur place ne seront sans doute pas les mêmes que lors d’une session dite normale, mais les équipes aux commandes de l’IFA ont très soigneusement étudié le sujet, et tout laisse à croire que ces rencontres essentielles auront été méticuleusement préparées.
Reste la dernière inconnue, concernant les exposants. En raison du contexte, il y aura bien évidemment des absents. Il n’en reste pas moins que les grands fabricants allemands seront présents et à eux seuls constituent une force de frappe et un atout de taille. Des marques hautement stratégiques comme Qualcomm ont également répondu par l’affirmative, mais à ce jour, et en raison des conditions bien particulières, il reste des inconnues. Elles ne concernent d’ailleurs pas seulement les exposants, mais aussi les visiteurs et les critères définitifs de sélection. Affaire donc à suivre. Néanmoins, il reste encore du temps pour mettre définitivement la machine au point, et à cet effet nous pouvons faire confiance à nos amis allemands.