Confinement & consommation : Quel mode de vie pour les Français ?

Avec la mise en confinement, les Français ont dû changer radicalement leurs habitudes. Sorties limitées, contact humain restreint, fermetures massives de commerces… Comment les Français font-ils face à cette crise sanitaire ? Et dans quelles mesures cette dernière impacte-t-elle leur rapport à la consommation ? Explications en chiffres.

Afin de ralentir la propagation du COVID-19, plusieurs gouvernements – dont la France – ont choisi d’imposer un confinement à leur population, bouleversant ainsi le quotidien de plus d’1,7 milliard de personnes dans le monde, selon un décompte réalisé le 23 mars dernier par l’AFP. Face à cette situation, jamais connue auparavant, l’Observatoire Cetelem a décidé de mener une étude sur l’adaptation des Français à ce tout nouveau mode de vie, en partenariat avec Harris Interactive. Intitulée “Aujourd’hui, le passage au confinement”, cette enquête a été réalisée, en ligne, du 20 au 24 mars dernier, sur un échantillon de 1 536 Français, âgés de 18 ans et plus.

Des Français en alerte

“Aujourd’hui, le passage au confinement” réalisée par L’Observatoire Cetelem et Harris Interactive

Selon l’étude, la crise sanitaire actuelle inquiète les Français sur plusieurs aspects. Sur le plan personnel : 86 % des sondés se sentent d’abord concernés par la santé de leurs proches, puis par leur propre santé (70 % d’entre eux), leur pouvoir d’achat et leur épargne (68 %), ainsi que leurs libertés individuelles fondamentales (66 %). De manière plus générale : 88 % des Français interrogés se déclarent préoccupés par l’économie française, 82 % par l’avenir de la France et 81 % par l’avenir du monde. Malgré ces appréhensions, ces derniers sont, majoritairement, rassurés par les dispositions mises en place par le gouvernement. En effet, seuls 49 % des sondés (pour les actifs) ont peur pour leur emploi, et seuls 48 % redoutent un manque d’approvisionnement dans les magasins. Même si les chiffres soulignent une inquiétude majeure des Français, une partie d’entre eux perçoivent cette période d’isolement de façon sereine (58 %). Les femmes sont l’exception à la règle, puisque 48 % d’entre elles ont l’impression que cette épidémie les met davantage en tension.

“Aujourd’hui, le passage au confinement” réalisée par L’Observatoire Cetelem et Harris Interactive
“Aujourd’hui, le passage au confinement” réalisée par L’Observatoire Cetelem et Harris Interactive

En matière de sécurité sanitaire, la majorité des interrogés accordent leur confiance aux professionnels de santé, aussi bien lorsqu’il s’agit des soignants et du personnel médical français (97 %) que des chercheurs qui travaillent à la confection d’un vaccin (93 %). A l’inverse, 61 % des Français indiquent une confiance moindre dans les actions employées par le gouvernement.

“Aujourd’hui, le passage au confinement” réalisée par L’Observatoire Cetelem et Harris Interactive

Malgré cette incertitude, une majorité estime bien connaître (97 %) et bien appliquer (98 %) les gestes et mesures barrières recommandées par le gouvernement. Si la plupart des Français se disent en règle avec les normes de sécurité, plus de la moitié (54 %) se méfient de celles appliquées par leurs concitoyens. A contrario, 93 % des sondés ont le sentiment que les magasins alimentaires et pharmacies respectent bien les consignes.

“Aujourd’hui, le passage au confinement” réalisée par L’Observatoire Cetelem et Harris Interactive

Connaître les nouvelles habitudes des consommateurs

Face à cette crise, quel est l’état des lieux du marché et quelles sont les perspectives à venir ? Pour répondre au mieux à ces questions, l’Observatoire Cetelem s’est intéressé à l’état de la consommation avant et pendant le confinement.

“Aujourd’hui, le passage au confinement” réalisée par L’Observatoire Cetelem et Harris Interactive

Avant confinement, les Français ont peu anticipé leur mise en confinement : seule une partie d’entre eux ont fait des stocks de produits alimentaires (39 %), acheté plus que d’ordinaire des produits d’hygiène (31 %), profité des derniers moments pour effectuer leurs rendez-vous médicaux (21 %), leurs soins esthétiques (18 %), déclaré s’être déplacés dans un autre logement, que celui qui leur est habituel, pour mieux vivre leur confinement (16 %). Parmi les produits achetés en préconfinement, ce sont les produits non périssables salés qui ont été privilégiés en premier (48 % des achats), puis les produits frais (47 %), les surgelés et les produits d’hygiène (tous deux à égalité, soit 34 %), et enfin les produits non périssables sucrés (33 %). Seuls 31 % des sondés affirment n’avoir effectué aucun achat d’anticipation au confinement.

“Aujourd’hui, le passage au confinement” réalisée par L’Observatoire Cetelem et Harris Interactive

Pendant le confinement, le rapport à la consommation des Français a évolué. Selon l’étude, la plupart des Français envisagent de réduire la fréquence de leurs achats de première nécessité, afin de limiter leurs déplacements en magasin (54 %). Parmi cette majorité, beaucoup optent pour des solutions alternatives comme le drive (pour 48 % d’entre eux, dont 19 % pour la première fois), la livraison à domicile (31 %, dont 17 % pour la première fois), la livraison de plats type Deliveroo (20 %, dont 7 % pour la première fois), ou encore la livraison à domicile d’ingrédients ou paniers frais (20 %, dont 11 % pour la première fois). Dans l’ensemble, les Français (57 %) ne constatent pas, pour le moment, un changement des tarifs sur les produits achetés.

“Aujourd’hui, le passage au confinement” réalisée par L’Observatoire Cetelem et Harris Interactive

Un quotidien à revoir

Après avoir analysé les craintes et les habitudes de consommation, l’étude se penche sur deux éléments fondamentaux : Comment les Français réorganisent-ils leur quotidien ? Et dans quelles conditions matérielles et psychologiques vivent-ils ?

“Aujourd’hui, le passage au confinement” réalisée par L’Observatoire Cetelem et Harris Interactive

Que ce soit pour télétravailler ou se divertir dans de bonnes conditions, l’ensemble des personnes interrogées se sentent assez bien équipées. Parmi les différentes dimensions testées : 93 % expriment avoir une bonne connexion internet ; 92 % garantissent avoir les produits d’hygiène et de soin nécessaires ; 91 % sont satisfaits de leur accès au divertissement (livres, plateformes de vidéo à la demande, chaînes TV, etc.) ; 89 % sont contents des achats alimentaires qu’ils ont chez eux ; et 84 % sont rassurés par leurs conditions de télétravail. Seuls les équipements sportifs pêchent un peu : seulement 52 % des sondés se disent bien équipés. En conséquence, ils sont peu nombreux (moins de 20 % dans chacun des cas) à vouloir se procurer de nouveaux canaux de divertissements et de nouveaux outils leur permettant d’être mieux connectés avec leurs proches.

“Aujourd’hui, le passage au confinement” réalisée par L’Observatoire Cetelem et Harris Interactive

D’un point de vue psychologique, les Français manifestent plusieurs craintes : celle de manquer d’interactions sociales (53 %) ; de prendre du poids et de devoir consulter un médecin (42 %) ; ou encore de tomber dans la déprime et d’avoir du mal à dormir et à se détendre (38 %). La cause de cette anxiété est notamment liée au fait que 56 % des sondés vivent encore les choses au jour le jour, sans aucune organisation. Ce phénomène s’accroît notamment chez les femmes et les sondés qui ne sont plus en activité. La société étant quasiment à l’arrêt, seuls 14 % de la population se projette dans l’après-confinement.

“Aujourd’hui, le passage au confinement” réalisée par L’Observatoire Cetelem et Harris Interactive

Malgré ces doutes, les Français n’ont pas l’intention de rester inactifs ou isolés de la société. Si certains envisagent de prendre du temps pour ranger leur domicile (84 %), d’autres veulent lire (74 %) ou faire du sport à la maison (60 %). Parmi les interrogés, nombreux sont ceux qui ont confié avoir déjà pris des nouvelles de leurs proches par le biais de leur téléphone ou des réseaux sociaux. L’Observatoire Cetelem observe toutefois une forte création de moments de convivialité (apéros, soirées, dîners) en vidéoconférence, chez les jeunes. Des exemples, qui montrent que les Français arrivent, tout de même, à dépasser cette situation. Toutefois, la manière dont ils considèrent le confinement reste assez mitigée : 57 % d’entre eux voient cette période comme une parenthèse – avant leur retour à la vie normale – et 43 % comme une rupture forte qui les conduira à un changement majeur de leurs habitudes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *